Récit de mes tribulations au Congo

Bienvenue sur mon blog

27 mai, 2011

Histoires de flics

Classé dans : Histoires de flics — thost @ 8:04

Hello tout le monde !

Ca faisait quelques temps que je ne vous avez pas donné de mes nouvelles : l’erreur va vite être réparée. Mais c’est vrai qu’en ce moment j’ai pas mal de boulot à gérer, et je n’ai pas forcément la motivation de me pencher à nouveau sur un PC le soir en rentrant chez moi.

 

Le service achat de SOCOFRAN est encore en sous-effectif, puisque le dernier départ de l’assistante n’a pas encore été compensé. Cela sera le cas la semaine prochaine, ce qui me permettra de pouvoir me pencher à nouveau sur mon sujet de TFE à proprement parler. Toujours est-il qu’il me reste en ce

moment pas mal de dossiers à gérer en même temps, avec tous les aléas qui peuvent provenir des fournisseurs ou des demandeurs. De plus, la réorganisation globale du service se poursuit ces jours-ci, et comme cela fait partie de mes missions d’origines, j’y consacre aussi un temps important.

      J’apprends à bien « emmerder » (au bon sens du terme bien évidemment…) les fournisseurs, en particulier sur certains dossiers où ceux-ci font un peu la tête de mule, en  feignant ne pas comprendre ce que je leur demande,  par exemple en rajoutant en toute discrétion un facteur 10 concernant un produit. Il faut parfois garder son sang-froid lors des conversations téléphoniques, en particulier lorsqu’on essaie de me faire croire que la ligne téléphonique est mauvaise dès que je commence à prendre le dessus dans la négociation !

Mais ces épisodes sont finalement assez amusants, et ne représentent pas un désagrément dans le travail des achats.

 

      Sinon je commence à bien m’habituer à la vie africaine, et une certaine routine se met en place pour les activités quotidiennes. Heureusement ici ce n’est pas vraiment métro-boulot-dodo : tout est beaucoup plus « cool » au Congo, à l’image d’une belle phrase sortie régulièrement par des autochtones à l’adresse des européens installés ici : Vous, vous avez les montres et nous, nous avons le temps ! Cette phrase peut être interprétée de 2 façons selon le point de vue : certes les congolais ne sont pas aussi stressés que les parisiens à 7h30 dans le RER A, mais je veux bien croire qu’ils n’ont pas de montre, vu le côté aléatoire qu’il peut y avoir dans leurs horaires :

« -J’arrive à 14h30, chef !

   -Il est 15h, tu es où ?

   -Je suis là dans 5mn ! »

Inutile de préciser que l’arrivée a eu lieu vers 16h… Et je vous raconterai la prochaine fois les cours de théâtre que nous devrions tous prendre auprès des congolais pour apprendre à trouver des excuses, qui représentent un sport national (à égalité avec la flemme) !

 

Un autre épisode typiquement local qui m’est arrivé cette semaine est ma première rencontre « personnalisée » avec la police. Il faut savoir que ceux-ci aiment bien arrêter les automobilistes blancs dans l’espoir de leur soutirer un petit billet qui leur servira à « payer la bière », comme on dit ici. Tous les expatriés m’avaient raconté qu’ils étaient passés par là lors des premières semaines de leur séjour, mais j’avais réussi à passer au travers du filet jusque-là. L’oubli est réparé, puisqu’un gentil flic m’a incité à m’arrêter en collant carrément son scooter contre le pare-choc avant de la voiture. Il m’a demandé mes papiers, mais il est hors-de-question de leur présenter le moindre document officiel, car cela leur donnerait un bon moyen de pression pour demander un billet. J‘ai tenté la tactique du sourd, c’est-à-dire que j’ai fermé ma vitre au nez de l’agent, et j’ai attendu. Ça commençait à énerver un peu Quintilien qui m’accompagnait ainsi que Jaime. Finalement mon choix a été bon, puisqu’au bout de 5mn, le policier a sorti son scooter et d’un air (très) désabusé m’a fait signe de déguerpir, ce que j’ai fait en lui adressant un grand sourire !

 

      En tout cas, cette semaine est la dernière que je passe seul dans mon appartement, puisque les 2 stagiaires de 2° année sont sensés arriver lundi prochain.

 

      Au programme du week-end prochain, place à ma finale du tournoi de tennis organisé par total. J’espère avoir à vous raconter une victoire la semaine prochaine… C’est l’occasion pour moi de quasiment devenir champion du Congo !

     Par contre, la température de l’océan a subi une chute du niveau de celle de DSK, on a perdu à peu près 5 degrés en 2 semaines : je commence à être inquiet, car on va bientôt atteindre les températures de l’eau en France au mois d’août…

 

A la prochaine !

12 mai, 2011

Classé dans : Photos — thost @ 8:26

Torchère

 

Torchère du champ de M’Boundi

Et ça chauffe…

 

 

Rue de Pointe-Noire

 

Rue de Pointe-Noire

Vous pouvez admirer la qualité des enrobés de la route, ce qui garantit un confort optimal dans les voitures!

 

 

 

10 mai, 2011

Week-end Tintin

Classé dans : Week-end Tintin — thost @ 11:41

Ce week-end a été en quelque sorte un mélange des aventures de Tintin : Tintin au Congo (ça c’est pas trop dur à deviner), Tintin au pays de l’or noir, et Vol 747 pour Sydney. J’ai en effet visité un grand champ pétrolier on-shore, et la côte océane avec palmiers, cocotiers, sable blanc et très peu de monde rappelle l’île où le 747 de Tintin a atterri.

 

Nous avons pu récupérer pour ce week-end un 4×4 en bon état qui possédait un macaron autorisant l’accès au site de M’Boundi, le plus grand champ pétrolier exploité par la société ENI Congo (filiale de l’entreprise italienne). Socofran y travaille  actuellement à divers endroits, et un des stagiaires, Fabien pour ne pas le nommer, est affecté là-bas toutes les semaines. Il a donc pu y retourner avec joie un samedi pour nous servir de guide. Le trajet avait mal commencé, car un policier avait décidé de faire la circulation, ce qui a eu comme d’habitude pour effet de transformer un petit embouteillage de 10mn en un gros bouchon de 45mn (sans parler de notre petite erreur d’orientation…). Enfin nous avons quand même réussi à arriver pas trop tard et pu découvrir un lieu de production de l’or noir, situé en pleine brousse au beau milieu de la savane et de la forêt. , ce qui pourrait être pire.

Beaucoup d’aménagements ont été effectués, et on peut y voir de grosses cuves et de très longs tuyaux de pipelines. Mais ce qui frappe le plus sont les torchères qui illuminent le ciel même pendant la journée : ce sont les éruptions de flammes dues aux rejets des gaz provenant des réserves de pétrole. Nous nous sommes approchés à 50m et la chaleur devient très vite intense, mais ça reste très impressionnant à observer. Les derricks d’extraction sont assez marrants à voir, ça a la même forme que les tours sont dessinées dans Lucky Luke. En nous baladant sur les différentes plateformes, nous avons pu tomber sur une fosse profonde de plusieurs mètres et contenant du pétrole brut : malheureusement, pas de baril vide à l’horizon, donc pas de possibilité de gagner une centaine de dollars (plus ou moins, selon le cours actuel ! Finalement, cette visite était bien sympathique, il n’est pas si courant de pouvoir visiter un champ pétrolifère. C’en était presque « émouvant » de découvrir un lieu de production d’un liquide qui fait vivre tant de pays dans le monde (dont le Congo, mais pas que…).

 

Le lendemain, après avoir déprimé à cause de la très piètre performance des footballeurs bordelais (oh doux euphémisme…), nous sommes partis à 3 (Quintilien, fabien et moi) pour une petite session 4×4 « off road ».  Le principe est de sortir de la ville par une nationale, puis de choisir une piste qui part en brousse pour la suivre et embrayer sur d’autres chemins. Nous avons choisi le Sud, vers la frontière vers Cabinda, en Angola.

Après être passés proche de l’impossibilité de repartir en arrière en bas d’une grosse pente, nous avons traversé de nombreux villages perdus dans la savane, où la population est composée en très grande partie de gamins, à croire qu’il n’y a que ça ici ! On peut également croiser beaucoup de chèvres et de poules qui se promènent partout, et même dans les ordures ! En tout cas, notre passage n’est pas passé inaperçu, car dès notre arrivée, toutes les personnes interrompent instantanément leur activité pour nous regarder et courir vers nous en criant avec un grand sourire. A croire que la présence d’une voiture avec 3 blancs dedans n’est pas courante dans cet endroit !

 

La semaine à venir s’annonce semblable aux 3 précédentes, c’est-à-dire plutôt chargée étant donné que les différents départs au sein de l’effectif du service achats n’ont pas tous été compensés. Bref, mon sujet de TFE n’avance pas trop pour le moment, j’espère donc que le recrutement se fera bientôt pour que je puisse reprendre mes activités normales.

 

Promis, je poste des photos demain pour vous montrer tout ça!

2 mai, 2011

Mentalité congolaise

Classé dans : Mentalité congolaise — thost @ 10:11

L’organisation africaine laisse souvent à désirer, et j’ai très souvent été amené à constater des bizarreries importantes. Les 2 dernières qui me sont arrivées sont assez significatives de l’état des lieux ici au Congo.

 

Tous les jours de la semaine, je vais déjeuner à la cantine qui se trouve sur le chantier Socofran du port de Pointe-Noire (gros chantier qui doit durer presque 3 ans). Ça me permet de bien manger, un peu comme au restaurant, sans dépenser le moindre CFA.

    Jeudi dernier, je suis donc parti seul dans la Golf qui nous est allouée (et qui commence à partir en lambeaux…) pour aller déjeuner. Arrêté à un Stop, pour une fois respecté par les automobilistes, je suis juste derrière le 4*4 d’un autochtone. Mais au lieu de démarrer, celui-ci part légèrement en arrière, et donc me cogne, mais très peu, mon pare-choc contre ma roue de secours. Après être reparti, le conducteur s’arrête quelques mètres plus loin pour constater les « dégâts » sur son « carrosse », mais je ne l’imite pas, car on m’a très fortement déconseillé de le faire en cas d’accrochage avec un noir (en effet, quoiqu’il arrive, pour un congolais, le blanc aura toujours tort face à un noir). Le chantier étant quelques centaines de mètres plus loin, je m’y rends rapidement, mais l’autre conducteur est revenu en trombe pour me rattraper, et me suit en rentrant dans la zone normalement interdite aux extérieurs du port (c’est une zone sensible car franche). Etant en sécurité, je m’arrête et la discussion s’engage. Le congolais fait preuve de mauvaise foi, et je comprends rapidement son objectif : il me propose rapidement de l’accompagner chez le garagiste et de payer

20 000 FCFA, alors que sa voiture n’est même pas abîmée, et qu’il n’y a pas la moindre trace sur mon pare-choc. De plus, son discours est tellement mensonger qu’il m’affirme tout d’abord que la voiture appartient à un général, puis 5mn après que c’est sa sœur qui lui avait prêtée… Finalement, pour se débarrasser de cet énergumène, d’autre personne lui demandent de régler le problème à la DG de Socofran, mais je doute qu’il ait obtenu le moindre centime !

Morale n°1 : les congolais sont des beaux parleurs qui n’hésitent pas à s’enfoncer dans des mensonges pour obtenir quelques billets afin de, comme on dit ici, payer la bière !

 

Un autre épisode original, mais beaucoup plus amusant, est la gestion du jour férié du 1° mai. Comme vous l’avez tous constaté, dimanche était férié, ici aussi, mais nous n’avons pas pu profiter d’un jour de congé. Les coutumes congolaises sont de reporter ce jour férié au lendemain, pour que tout le monde puisse se reposer ! Cela n’a rien d’officiel et est traité au cas par cas. Mais au Congo, l’anticipation est une notion inconnue, et le ministère a attendu le dernier moment avant de trancher. Vraiment le dernier moment : l’officialisation du jour de congé a été publiée la veille en fin d’après-midi ! La circulation des informations étant elle aussi bien africaine, une partie du personnel de Socofran (dont moi), n’a pas eu l’information ! Je mes suis donc pointé au boulot un jour où il n’y avait personne, à part mon tuteur qui était dans là même galère que moi… Inutile de vous préciser que ma présence au bureau a été TRES éphémère : juste le temps de vous écrire ce petit mot, puis retour dans la piscine.

Morale n°2 : se méfier de l’organisation congolaise !

 

famillecopama |
nabetchris |
lescaillouxenasie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | toy75enroute
| states2010
| Echange avec Valencia